Cyber Punk

  • ERGO PROXY

    Ergo Proxy

    Studios: MANGLOBE  Geneon 

    Auteur: SATÔ Dai 

    Character Designer: ONDA Naoyuki 

    Réalisateur: MURASE Shuko 

    Type: Série

    Genre: Science-fiction, Action

    Editeur: Dybex

    Origine: Japon - 2005

    Nbr de épisode(s): 23x25min

    Synopsis

    Dans la cité de Romdeau, protégée par un dôme, où les humains et des androïdes appelés « autoraves » coexistent dans une paix relative et où les sentiments ont été éradiqués, Lil Meyer, jeune inspectrice du Bureau de Renseignements, enquête sur une série de meurtres étranges. Elle devra dès lors faire face à la propagation d’un virus touchant les autoraves, à un message appelant au « Réveil » et à des êtres étranges appelés « Proxy ». Son enquête risque de faire basculer Romdeau dans le chaos.

    Ergo Proxy | Netflix

    Ergo Proxy fait partie de ces séries que les fans de science fiction japonaise se doivent de voir ... Au fil des années elle a gagnée une aura assez mythique, si bien qu'a chaque fois qu'une discussion autours des anime SF, tels Lain, evangelion ou autours de séries complexes et obscures, comme ... Lain et evangelion :P, cette série revient as-tu vu Ergo Proxy ? demande-t-on souvent pour tester son interlocuteur.

    Et jusqu'à aujourd'hui, je me contentait piteusement de répondre non non, mais c'est en projet.

    C'est maintenant une erreur réparée, et je peux fièrement annoncer au monde : oui j'ai vu Ergo Proxy ! Est-ce que je l'ai aimé ... Oui, mais je ne pense pas que cela soit impératif, ni évident, l'important est surtout de voir la série ^^.

    Mais oui j'ai aimé Ergo Proxy ! Comment aurait-il pu en être autrement, le grand fan de cyberpunk que je suis à hurlé de bonheur dès les 1eres images de Romodo, la ville futuriste, hyper-capitaliste, peuplée d'humains nés in-vitro et d'androïdes qui prennent peu à peu conscience à cause d'un virus nommé cognito ... Et à partir du 1er épisode, je savais déjà que cette série, si elle continuait à me proposer un univers de ce type convaincant, me plairait ! Notons qu'aujourd'hui ce n'est pas toujours gagné, aussi après avoir vu psycho-pass, j'étais en mesure de m'attendre au pire ^^.

    Proxy (personaggi) - Wikipedia

    Cela dit cette appréciation de la série ne vient à priori que de l'univers, et en gros des 13 premiers épisodes, qui selon moi l'explorent de façon complète et qui montrent que ce dernier est pensé comme étant cohérent. Mais il ne faudrait pas oublier, 1erement la 2nde partie de l'anime, et 2ndo ses personnages !

    Car il s'agit bien ici d'une série avant-tout centré sur ses personnages (ou du moins son héroïne et quelques épisodes dédiés à d'autres) presque trop pour certains.

    Iggy - Ergo proxy zine by dianaiiz on DeviantArt

    En effet la série traite ses personnages avant de traiter son scénario, ce qui créer souvent, et c'est surtout visible dans la 2nde partie, des problèmes de continuités entre les épisodes, certains semblent en effet totalement détachés de la trame principale, et le sont d'ailleurs, sauf en ce qui concerne la psyché des personnages.

    Ici la série utilise des épisodes complets pour représenter une évolution morale d'une personnage, on pense donc aux glorieux épisodes 13 et 16 qui font partie des meilleurs traitements de l'archétype tsundere que j'ai pu voir (avec Evangelion ... Mais ça ... On s'en doutait :P) ... Après, cela peut être déroutant, comme quand nos personnages se retrouvent d'un coup au sein d'une sorte de jeu télévisé, très intéressant certes, mais diablement mal amené. Parfois encore c'est simplement raté, comme d’horriblement lent épisode 14 dont on peine à comprendre ne serai-ce que les enjeux ... Mais dans l'ensemble, on est satisfait par la qualité d'écriture des épisodes, qui s'enchainent certes assez mal, mais qui traitent chacun une facette des personnages, et qui la traite avec toute la complexité qu'elle mérite, si bien qu'une fois l'épisode achevé, on a un réel sentiment d’accomplissement, et l'on peu sereinement entamer la suite.
    On apprécie d'ailleurs cette structure à l'ancienne (la série n'est pas si vieille) qui consiste à prendre chaque épisode comme une entité propre, avec un début, un climax, et une fin. Et non pas donc une fin, un début, un climax comme ont peut l'observer dans bien des séries modernes (qui usent et abusent du cliffhanger).

    Pino (Ergo Proxy) | Anime

    On regrettera peut être effectivement une fin un peu rapide, que l'on aurait aimé voir arrivée plus tôt et durer plus longtemps, on peine effectivement à comprendre ce qu'il se passe, s'est passé durant l'absence des personnages et qui sont diables tous ces gens xD, et si les dialogues un poil compliqués/pseudo-philosophiques peuvent paraitre assez barbants, ils ne sont au final pas si important, le cœur de la série étant le voyage spirituel des personnages, la fin de la série ne concerne donc pas spécialement le monde dans lequel ils vivent, mais leurs choix (ou non) de vivre dans ce monde (et puis au final, même si la série explique assez mal son scénario, il est plutôt simple et une fois l'anime terminé, on comprend plutôt bien ce qui s'est passé, pas parce qu'on l'aura compris grâce aux dialogues, mais parce que l'on voit simplement l'objet desdits dialogues).

    Alors oui, Ergo Proxy ne plaira pas à tout le monde, le rythme y est lent, le scénario expliqué de façon inutilement complexe et l'animation, souvent excellente, se permet des chutes de qualité tout à fait fulgurante par moment. Cela dit ! Il serait dommage de passer à côté de cette série, dont l'existence est un petit miracle en soit, car elle propose non seulement un univers cyberpunk/post-apo riche et détaillé (et cohérent !) mais aussi une structure qui m'avait manqué, sans aucun cliffhanger, et qui repose entièrement sur l'évolution émotionnel de ses personnages !

    de peu : Ergo Proxy

    Si le symbolisme prétentieux par moment peu rebuter, et si certes le manque de continuité est dommageable et empêche cet anime d’accéder au statut culte qui lui est si souvent attribué ... Reste que quand on parle de SF et d'animation Japonaise, il n'y a pas 36 noms qui ressortent systématiquement, et que Ergo Proxy est l'un de ces noms. Pas besoin d'aimer la série (même si j'ai complétement accroché) mais seulement de la regarder, car son importance, non pas dans le milieu de l'animation mais auprès des fans de ce genre, ainsi que sa singularité sont là 2 des raisons qui légitiment son visionnage.

    By ShiriuSan