jeu vidéos

  • TOMB RAIDER

    Souvenez-vous…

    Trsaga 560x206

    Novembre 1996. Indiana Jones est à la retraite et Nathan Drake porte encore des couches. C'est la période que choisissent Core Design et Eidos pour dévoiler au monde leur nouvelle aventurière : Lara Croft. Ils ne savaient pas encore que leur personnage deviendrait quelques années plus tard un emblème du jeu vidéo dans le monde entier.

    Au fin fond de l'Himalaya, une silhouette dissimulée sous un épais manteau suit son guide. Bloqués dans leur ascension par une porte massive, le mystérieux protagoniste doit actionner un interrupteur, et tandis que l'énorme porte ouvre doucement ses battants, une meute de loups affamés surgit. Le pauvre sherpa se fait dévorer. Se débarrassant des vieilles fripes qui entravent ses mouvements, une jolie demoiselle en mini short saute du promontoire où elle avait dû monter. Dans sa chute, elle élimine les carnivores et avance dans l'ouverture de la porte. L'obscurité conduit naturellement la jeune femme à enlever ses lunettes de soleil. Vous venez de rencontrer l'idole de toute une génération de joueurs, Lara Croft.

    Ce préambule n'est qu'une mise en bouche et un subterfuge pour mener vous faire vivre des aventures palpitantes et novatrices pour l'époque. Des cités perdues Mayas au Sphinx en passant par la Grèce, votre quête vous conduira sur la piste du trésor des Atlantes. Des décors tout en 3D qui firent fureur et un jeu à la difficulté bien dosée permirent à la jeune aventurière britannique de rentrer dans l'histoire du jeu vidéo par la grande porte.

    01 peru andes

    Mêlant exploration, énigmes et plateformes, Tomb Raider met en scène Lara Croft, une intrépide aventurière recrutée pour retrouver un ancien artefact connu sous le nom de Scion. Elle devra parcourir le monde, de tombeaux en tombeaux, déjouant les pièges et les dangers pour récupérer la relique.

    Gameplay

    Lara évolue dès ces débuts en 1996 dans un univers en 3D, une première pour le monde du jeu vidéo. Elle doit au fil de son aventure résoudre des énigmes de plus en plus difficiles, accompagnées de pièges comme des coulées de lave, des piques acérées et d'autres surprises inattendues et dangereuses. Lara engage des combats contre différents ennemis mais plus particulièrement des animaux tels que des ours, des loups, des monstres ou des  momies, et aussi surprenant que cela puisse paraître, contre un tyrannosaure. Lara est capable de sauter, de s’accrocher aux parois, d’actionner des leviers et autres sortes de mécanismes. Elle peut pousser des blocs, nager et effectuer des acrobaties telles que le poirier ou le saut de l’ange, ainsi que des roulades... Et ces capacityés ne cesseront jamais de se diversifier ce qui renouvelle à chaque nouvel opus le gameplay et donc le plaisir de jouer.

    Le combat se fait par armes à feu, 4 armes étant disponibles dans le premier volet : le pistolet avec munitions illimitées, l’uzi, le fusil à pompe et le magnum avec munitions limitées que le joueur doit ramasser au fil de l’aventure. Sachez aussi que la visée est automatique : le joueur doit seulement se déplacer et tirer. Et l'armada ne cesser d'évoluer avec des granades, lances roquettes ou arc.

    Le joueur peut aussi trouver des trousses de soins permettant de restaurer la vie du personnage.

    Et au fil des épisodes l'utilisation de diverss véhicules ajouteront de belle courses poursuites dans le jeu.

    Bref vous l'aurez vite compris, plus les capacités des consoles avancent, plus Tomb Raider s'enrichi et représente de fait un historique du gameplay et de l'volution des consoles de salon. A chaque nouvel opus on doit innover et surprendre et c'est aussi ce qui en fait son charme.

    Une gestation difficile

    En 1993, alors que le studio est une filiale de l’éditeur britannique U.S. Gold, une équipe de six personnes se met à l’œuvre pour créer un jeu d’aventure en 3D. Le principal souci du concepteur, Toby Gard, est le héros du jeu  il n’arrive pas à en trouver un qui se démarque suffisamment de la concurrence. L’une de ses premières idées est un homme à chapeau et fouet. Finalement, Gard va plutôt s’orienter vers une héroïne, considérant que trop souvent dans le jeu vidéo, les personnages féminins sont cantonnés à des rôles de princesses en détresse ou d’otages. Il fait ce choix alors qu’une partie de Core Design le désapprouve et que U.S. Gold l’informe qu’une héroïne serait particulièrement mal reçue, en France et en Allemagne,notamment.

    L’histoire de Tomb Raider raconte les aventures de Laura Cruz, aventurière sud-américaine et archéologue (à la façon d’Indiana Jones, c’est-à-dire pas vraiment conventionnelle) qui recherche un mythique artefact de l’Atlantide, le Scion, pour le compte d’une mystérieuse femme d’affaires nommée Jacqueline Natla. Cependant, il apparaît que Natla essaye de la doubler et c’est ainsi qu’une course contre la montre va s’enclencher tout autour du globe. Le scénario, même s’il n’apporte pas de bouleversements majeurs aux codes du genre, permet au moins de voyager dans de nombreux pays  Pérou, Egypte et ruines de l’Atlantide sont au programme.Si l’histoire est plutôt agréable sans être révolutionnaire, les premiers aperçus montrent que c’est au niveau de la maniabilité que le jeu innove. L’héroïne se balade en effet avec aisance dans un environnement 3D incroyable pour l’époque. Si l’on y rejoue aujourd’hui, on peut trouver la prise en main lourde et catastrophique mais en 1996, c’est une petite révolution.

    Peu avant la sortie du jeu en novembre 1997, U.S Gold – et avec lui Core design – est racheté par un autre éditeur anglais, Eidos Interactive. Le principal changement que demande le nouveau propriétaire concerne le nom de l’héroïne  il faut lui trouver un nom plus « anglais ». L’histoire veut que l’équipe de développement trouve le nouveau patronyme dans l’annuaire téléphonique. De Laura Cruz, elle devient Lara Croft.

    Tomb Raider sort donc en novembre 1996 aux États-Unis et en Europe sur PC, Playstation et Sega Saturn. Le succès est d’emblée considérable et permet à Eidos de passer d’une perte de 2,6 millions de dollars à un bénéfice de 14,5 millions de dollars. Sony s’achète l’exclusivité console des deux prochains volets et Lara Croft devient très rapidement une icône populaire, au même titre qu’un Mario. Néanmoins, Toby Gard se trouve en conflit avec le département marketing d’Eidos au sujet de l’utilisation que fait l’éditeur de l’héroïne et, peu de temps après la sortie du jeu, décide de quitter Core Design. Cela ne marque pas pour autant la fin de la franchise, bien au contraire.

    Une longue Saga du Jeux Vidéo

    Tomb Raider est une saga constituée de treize jeux vidéo principaux dont un remake et deux spin-off, sans compter les extensions disponibles sur certains jeux. Même si tous les amateurs de jeux vidéo n’ont pas testé cette série, tous ont déjà entendu parler de « Tomb Raider » ou de « Lara Croft ». Certes, on apprécie plus ou moins la série, mais cela n’empêche que depuis 1996, la saga Tomb Raider a su trouver sa place dans le monde du jeu vidéo et se trouve être aujourd’hui, l’une des plus importantes sagas de l’histoire des jeux vidéo.

    Fbtouslesjeux

    CORE DESIGN

    • Tomb Raider (1996)

    • Tomb Raider II (1997)

    • Tomb Raider III : Les Aventures de Lara Croft (1998)

    • Tomb Raider : La Révélation Finale (1999)

    • Tomb Raider : Sur les Traces de Lara Croft (2000)

    • Tomb Raider : L’Ange des Ténèbres (2003)

    CRYSTAL DYNAMICS

    • Tomb Raider : Legend (2006)

    • Tomb Raider : Anniversary (2007)

    • Tomb Raider : Underworld (2008)

    • Tomb Raider (2013)

    • Rise of the Tomb Raider (2015)

    • Shadow of the Tomb Raider (2018)

    5b83592ca76d41f1f2264f2122a617c7663efd36

    HORS SAGA

    • Lara Croft and the Guardian of Light (2010)

    • Lara Croft and the Temple of Osiris (2014)

    LA TRILOGIE GAMEBOY

    4 JEUX SUR LES ANCIENS MOBILES

    3 ADAPTATIONS MOBILES

    3 JEUX POUR SMARTPHONES

    Les films

    La saga sera adaptée trois fois sur grand écran.

    Il y a eu Angelina Jolie, dans Lara Croft : Tomb Raider (2001) et Lara Croft : Tomb Raider - Le Berceau de la vie (2003). Il y a désormais Alicia Vikander, qui enchaîne elle aussi son Oscar avec le rôle de Lara Croft dans une nouvelle tentative d'adapter les célèbres jeux vidéo intitulé tout simplement Tomb raider (2018).

    Tomb 1

    Quand elle est choisie par la Paramount pour incarner Lara Croft en 2000, Angelina Jolie n’a qu’un gros succès au box-office derrière elle : 60 Secondes Chrono. C’est donc bien ce rôle qui fera d’elle une star. Avec son corps de rêve et son goût pour les scènes d’action, la comédienne de 26 ans est considérée comme "le choix parfait". Le premier opus, sorti durant l’été 2001, est un succès, amassant 274 millions de billets verts dans le monde. C’est à l’époque le plus gros carton de l’actrice au box-office. C’était cependant le plus gros succès du moment pour une adaptation de jeux vidéo. Final Fantasy et Resident Evil, sortis quelques mois plus tard, rapportaient par exemple respectivement 85 et 100 millions de dollars dans le monde.

    Au niveau des critiques, Tomb Raider n’a pas reçu un super accueil et sa suite non plus car en jouant cette "super-héroïne sans failles"Angelina Jolie ne parvenait vraiment à rendre Lara attachante. Quant à la mise en scène de Simon West, elle était jugée trop bordélique pour convaincre. Et trop appuyée, surtout quand il s’agissait de filmer la plastique de son actrice. Tellement apuyée, même, que ça finissait par briser le sex-appeal naturel de la star. Cet accueil mitigé étant tout de même considéré comme un succès public, Tomb Raider a rapidement eu une suite, Le Berceau de la vie, sorti en août 2003. Côté critique, ça reste moyen, même si on note une petite hausse d’estime. 

    En 2004, Angelina Jolie scelle le destin immédiat de la franchise en déclarant n'avoir aucune envie de rendosser le costume de l'aventurière. Les producteurs avaient beau avoir laissé entendre que le score du Berceau de la vie était suffisant pour préparer une suite, la décision de l'actrice, appréciée dans le rôle-titre, achève les espoirs.

    Les jeux vidéo Tomb Raider passent de Core Design à Crystal Dynamics et de nouveaux épisodes sortent régulièrement. Jusqu’au reboot de 2013, fortement inspiré par les blockbusters de son temps et qui a servi de base au film qui sort aujourd’hui. Lara y apparaît plus jeune et plus humaine, moins "super-héroïne" que dans les versions portées par Jolie. Ce qui n’empêche pas ce reboot 2.0 d’avoir lui aussi quelques défauts.

    Tomb raider review movie 2018

    Ce Tomb Raider version 2018 a t-il donc été une catastrophe en salles ? Le petit démarrage au box-office domestique (environ 23 millions : loin des 47 du premier, mais un peu mieux que les 21 du deuxième) était un mauvais signal du public. Du moins le public de ce côté du globe, puisque la superproduction a démarré fort en Chine, avec plus de 41 millions. 

    En réalité, le film est loin d'être un vrai échec. Avec un budget entre 90 et 100 millions, c'est l'épisode le moins cher : Lara Croft : Tomb Raider a coûté dans les 115 millions de dollars (plus de 160 avec l'inflation) et Lara Croft : Tomb Raider - Le Berceau de la vie, environ 95 millions (presque 130 avec l'inflation). Avec environ 273,3 millions de recettes dans le monde, il se place juste après les 274,7 du premier film en 2001, ce qui lui avait donc permis de donner une suite. 

    Le film affiche clairement cette ambition avec une fin qui, comme les derniers jeux, s'articule autour de la mystérieuse organisation criminelle de Trinity. Sans oublier la scène où elle prend pour la première fois ses deux pistolets emblématiques, coiffée de sa tresse mythique. Le réalisateur Roar Uthaug a répété en promo qu'il n'y avait aucun plan pour une suite, de toute évidence par prudence pour ne pas s'emballer avant la sortie. Chose confirmée par Alicia Vikander, qui a sans surprise exprimé son envie de rempiler pour un autre film, à condition que le public soit là.

    Là où le film décçois c'est par le fait qu'il refuse à Lara Croft toute solitude. La faute à une construction de blockbuster basique, qui fournit des personnages secondaires pour offrir dialogues et explications, par peur d'ennuyer le spectateur et devoir assumer la nature même du personnage. Il n'y a qu'à voir Lu Ren et ce groupe de figurants anonymes, ou encore les soldats de Trinity, pour constater que tout ceci relève plus du remplissage (de l'écran, du dialogue), que de l'intérêt dramaturgique. Si Tomb Raider de Roar Uthaug marque bien quelques points, c'est dans son vif désir d'offrir de la tombe, des pièges, et des frissons indissociables des aventures de Lara Croft - et trop absents des précédents films. Le film consacre ainsi son troisième acte à l'exploration du tombeau de Himiko, à coup d'énigmes, pièces meurtrières et passages dangereux - chose que même le jeu de 2013 avait du mal à assumer.

    Les comics

    Lara croft tomb raider comics volume 1 kiosque v1 2000 2004 95084

    Comme tout gros succès digne de ce nom, Tomb Raider sera adapté sur divers supports autres que nos écrans. Publmié de 1999 à 2005 cette série est dessinée par Andy Park sur un scénario de Dan jurgens. Les comics suivent une continuité différente des jeux et des films. Dans les comics, le crash d'avion subi par Lara tue ses deux parents et son fiancé, et prendre place quand elle est adulte, et non pas une petite fille, comme dans le cas du jeu vidéo Tomb Raider : Legend.

    Depuis d'autres séries de comics sur Tomb raider sont produites:

    • Tomb Raider Journey (2001-2003) - 12 Numéros paru chez Top Cow
    • Tomb Raider (2014-2015) - 19 Tomes / Scénario: Gail Simone / Dessins: Nicolás Daniel Selma / Couleurs: Michael Atiyeh
    • Lara Croft et l'Omen Frozen (2015) - 5 Tomes / Scénario: Corinna Beckho / Dessins: Randy Green
    • Tomb Raider (2016) - 12 Tomes / Scénario: Mariko Tamaki / Dessins: Phillip Sevy / Couleurs: Michael Atiyeh
    • Tomb Raider Inferno (2018) - 3 Tomes / Scénario: Jackson Lanzing & Collin Kelly / Dessins: Phillip Sevy / Couleurs: Michael Atiyeh
    • Tomb Raider: La croisde des survivants (2017-2018) / Scénario: Jackson Lanzing, Collin Kelly / Dessins: Ashley A. Woods / Couleurs: Michael Atiyeh

    Cette saga n'est pas finie et se prépare à nous emmerveiller ancore de nombreuses années sur de nombreux supports, que ce soit en jeu vidéos avec une sortie tous les 3 ans en moyenne, sur grand écrans, en comics, en produits dérivés et demain... On aime ça et on en redemande.

     

    By ShiriuSan